Achats Responsables dans les grandes entreprises en 2017 : nouveaux challenges sur la route de la maturité

7ème édition du Baromètre Achats Responsables HEC/EcoVadis

 

Lancé en 2003, le Baromètre Achats Responsables HEC/EcoVadis mesure depuis 15 ans l’évolution des priorités et pratiques d’Achats Responsables de multinationales occidentales. L’édition 2017, basée sur les réponses de 120 dirigeants achats ou supply chain européens de l’Ouest (75%) et américains du Nord (12%), est pour la première fois enrichie d’un volet fournisseurs.

 

Une politique d’Achats Responsables n’est plus seulement “une bonne chose” pour les professionnels interrogés, c’est une pratique bien ancrée des deux côtés de l’Atlantique.

 

97% des responsables interrogés durant le second semestre 2016 qualifient de “important” à “très important” l’intégration des critères de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et environnementaux dans leur métier. Ce résultat confirme l’évolution en moins de 10 ans de l’importance d’une politique d’approvisionnement responsable par la profession.

 

chart-1

 

Ainsi, depuis la dernière mesure réalisée en 2013, le soutien en interne de la part de la direction et du conseil d’administration semble acquis. Le manque de ressources internes (57%) est évoqué par plus de la moitié des dirigeants achats ou supply chain interrogés en 2016. La difficulté de suivi des pratiques environnementales ou durables mises en place par les fournisseurs arrive en seconde position (37%).

 

chart-2

 

Les trois premières raisons d’amélioration des pratiques des grandes entreprises en matière d’Achats Responsables sont, contrairement à 2013, identiques des deux côtés de l’Atlantique : réputation, risque et conformité. La progression des programmes, la professionnalisation de la discipline (standardisation des process) et l’évolution de la législation (réglementation britannique sur l’esclavage moderne, réglementation américaine sur les minerais en provenance de zones de conflits, loi sur le devoir de vigilance…) semblent expliquer cette convergence Europe/USA.

chart-3chart-4

 

Le taux de couverture des achats à plus de 75% est un objectif qui se généralise, mais qui se cantonne le plus souvent aux fournisseurs stratégiques de rang 1.

Près de 50% des multinationales de l’échantillon couvrent à présent plus de 75% de leurs volumes d’achat. Ce chiffre est l’un des grands enseignements de cette édition. La part des entreprises couvrant plus de 75% des achats a pratiquement doublé depuis 2013, en passant de 27% à 45% en 2017.

chart5_new

 

La profondeur d’investigation RSE de la chaîne d’approvisionnement reste faible. 87% des professionnels ont une visibilité environnementale et sociétale sur leurs fournisseurs de rang 1. Seuls 15% d’entre eux l’ont aujourd’hui sur leurs fournisseurs de premier et de deuxième rang et 6% seulement jusqu’aux fournisseurs de troisième rang et plus.  La profondeur d’investigation RSE est l’un des défis actuels de la discipline, les risques sociétaux et environnementaux se situant souvent sur des acteurs situés plus en aval de la chaîne d’approvisionnement. La catastrophe du Rana Plaza en 2013 en est malheureusement un exemple récent.

chart-6

Nouveauté 2017: Focus fournisseurs

 

Pour la première fois, le baromètre Achats Responsables HEC/EcoVadis présence le point de vue de 360 fournisseurs de par le monde, engagés pour la grande majorité d’entre eux (78%) dans des volumes d’affaires à plus de 1 milliard d’euros par an.

Un peu moins de la moitié des fournisseurs interrogés (44%) perçoivent leurs donneurs d’ordres comme engagés à leurs côtés dans l’amélioration de la performance environnementale, sociale et éthique des chaînes d’approvisionnement. Près de 10% des fournisseurs interrogés en revendiquent même le portage exclusif.

 

chart-7

 

Seuls 21% des fournisseurs interrogés se sentent véritablement encouragés dans l’amélioration de leurs propres pratiques environnementales et sociétales. La fixation d’objectifs environnementaux et sociétaux négociés et la mise en place des plans de progrès sont les outils d’engagement les plus cités dans les politiques client perçues comme pro-actives.

Ce décalage observé entre la priorité accordée aux Achats Responsables par les donneurs d’ordres et la perception des fournisseurs du soutien de ces derniers souligne l’importance de la communication  pour sensibiliser et entraîner la communauté de partenaires sur l’ensemble de la chaîne vers des pratiques managériales plus responsables.

 

100% France

 

Les répondants français représentent 25% de l’échantillon. Ils semblent en global engagés depuis plus longtemps que le reste de l’échantillon (Europe/USA). 45% des professionnels français déclarent disposer d’un programme d’Achats Responsables depuis plus de 7 ans, contre 32% pour l’ensemble de l’échantillon. En termes de moyens, si le manque de “soutien en interne de la part de la direction et du conseil d’administration” a nettement baissé entre 2013 et 2016 (en passant de 50 à 29%), il reste en relatif plus élevé que pour le reste de l’échantillon.

 

chart-8

L’intégralité des résultats du baromètre 2017 Achats Responsables HEC/EcoVadis « Achats Responsables dans les grandes entreprises en 2017 : nouveaux challenges sur la route de la maturité » est disponible sur simple demande ici.

22 février 2017